le 19 mai 2021
Publié le 8 juin 2021 Mis à jour le 8 juin 2021

[MEURTRES À LA UNE] Le crime de la rue de Belzunce

CRIMINOCORPUS
  • RÉSUMÉ DU FAIT DIVERS
Le 27 avril 1890, Charles Bousquet - un ancien huissier de justice de 38 ans établi à Saumur - se rend au domicile des époux Paquy situé rue de Belzunce dans le dixième arrondissement de Paris. Là, il y assassine de cinq coups de revolver Juliette Derouard, la « bonne d’enfants » travaillant dans cette maison. Belle-sœur et maîtresse de Bousquet, Derouard est tuée alors qu’elle vient lui ouvrir la porte et tient dans ses bras un des enfants dont elle assure la garde. Bousquet reproche à Derouard de l’avoir quittée pour venir travailler chez Monsieur Paquy sur qui il tire également. Ce dernier décède peu de temps après à l’hôpital. En août 1890, la Cour d’Assises de la Seine condamne Bousquet à la peine de mort. Fin septembre 1890, il sera gracié par le président de la République Sadi Carnot.


 
  • Criminocorpus, qu'est-ce que MEURTRES À LA UNE ?
À partir du dernier tiers du XIXe siècle, avec l’essor de la presse à grand tirage et à petit prix, le fait divers devient en France un objet médiatique omniprésent, obsédant. Il investit la Une d’une multitude de journaux dont les gravures placent sous les yeux du plus grand nombre de nouvelles représentations du criminel, contribuant ainsi à en construire et matérialiser les contours par la valorisation d’images dramatiques, effroyables et morbides. 
Au travers de cette collection portant sur les années 1889 à 1899, Criminocorpus nous fait découvrir ces faits divers d'un autre temps.