le 10 décembre 2021
  • Recherche

Publié le 16 décembre 2021 Mis à jour le 4 janvier 2022

[THESE] Mathilde Récipon « Mise en évidence in situ et modélisation in vitro de traces biologiques pour optimiser leur prélèvement et les qualifier à des fins d’identification génétique en criminalistique »

Thèse Mathilde Récipon
Thèse Mathilde Récipon - ©ERRMECe ©IRCGN ©CY Cergy Paris Université

Le projet de doctorat de Mathilde a pour objectif de développer des travaux de recherche sur la mise en évidence, l'optimisation de la collecte et le recouvrement des traces biologiques in situ, ainsi que de mettre au point des modèles in vitro se rapprochant au plus près de la réalité de terrain qui font aujourd'hui défaut pour déterminer et optimiser les paramètres liés à la détection, au prélèvement, à la qualification et à l'analyse rapide des traces biologiques.

Vendredi 10 décembre à 10h, nous avons eu le plaisir d'assister à une soutenance de thèse à l’auditorium de la Maison Internationale de la Recherche sur le site de Neuville de CY Cergy Paris Université. Une thèse axée en biologie sur le thème de la forensique avec un programme porté par Sabrina Kellouche-Gaillard (ERRMECe MEC-uP) et associant à l'encadrement de la thèse Sylvain Hubac (IRCGN) et Olivier Gallet (ERRMECe MEC-uP).

Le jury était constitué de :

  • Karine ANSELME , Directrice de recherche, Institut de Sciences des Matériaux de Mulhouse (France), Rapporteur
  • Franck CRISPINO , Professeur des Universités, Université du Québec à Trois-Rivières, (Canada), Rapporteur
  • Vincent CASTELLA , Maitre d'enseignement et de recherche, Privat-Docent, Centre Universitaire romand de médecine légale (Suisse), Rapporteur
  • Émilie SIMON , Docteure, Laboratoire National de Santé (Luxembourg), Examinatrice
  • Johanne LEROY-DUDAL , Maître de conférences, CY Cergy Paris Université (France), Examinatrice
  • Olivier GALLET , Professeur des Universités, CY Cergy Paris Université (France), Directeur de thèse
  • Sabrina KELLOUCHE-GAILLARD , Maître de conférences, CY Cergy Paris Université (France), Co-encadrante de thèse
  • Sylvain HUBAC , Docteur, Institut de Recherche Criminelle de la Gendarmerie Nationale, (France), Co-encadrant de thèse


Une belle occasion afin d'en savoir plus sur métiers et applications possibles de la forensique au travers de la biologie. La forensique et la criminalistique, des sujets porteurs qui vont continuer de se développer au sein de CY Forensic School, et notamment, au travers de nouvelles formations à l'horizon 2022/2023 en partenariat avec le département Biologie de CY Cergy Paris Université.

Thèse Mathilde Récipon
Thèse Mathilde Récipon - © ERRMECe / IRCGN / CY Cergy Paris Université


Résumé de la thèse présentée par Mathilde Récipon : Sur une scène de crime, les enquêteurs font face à une multitude de traces biologiques. Parmi elles, certaines sont d’un intérêt primordial pour identifier rapidement les individus par un profil génétique. Il s’agit des traces de contact. Elles sont laissées par le simple contact d’une personne sur un objet. Elles ont la particularité d’être invisibles à l’œil nu et non décelables par les outils de détection habituels. Il est donc difficile d’identifier les zones où elles sont présentes. Le travail de doctorat a permis tout d’abord de développer des modèles in vitro de traces de contact. Nous avons pu faire cela à l’aide de supports représentatifs de scènes de crime, et de cellules caractéristiques des traces de contact. Puis, à l’aide d’une combinaison de cibles ADN et cellulaires, nous avons mis en place une stratégie de détection des traces de contact compatible avec l’analyse d’un profil génétique. Dans un dernier temps, grâce à des milieux tamponnés nous avons optimisé le recouvrement des traces de contact afin de pouvoir mieux les collecter. Ainsi, ce travail nous a permis une meilleure caractérisation des traces de contact et de pouvoir mieux les exploiter.